Actualité -

08 Janvier 2021

6 bonnes raisons de devenir sociétaire

Devenir sociétaire de la Banque Populaire, c’est choisir un modèle de banque coopérative et régionale, contribuer au financement de l’économie réelle et locale, et s’impliquer dans la vie de sa banque et de son territoire. Voici 6 bonnes raisons pour le devenir !

Je deviens copropriétaire de ma banque

Grâce aux parts sociales, je détiens une partie du capital de ma Banque Populaire. Avec les autres sociétaires, je suis copropriétaire à 100% de ma banque. Il n’y a aucun actionnaire et les Banques Populaires ne sont pas cotées en Bourse.

Je donne à ma banque plus de moyens d’agir

Je participe à accroître les capacités de financement de ma banque. Les parts sociales que je détiens contribuent à augmenter ses fonds propres et lui permettent donc d’être plus solide et d’accorder plus de crédits pour financer l’économie et les projets de ses clients.

Je participe au financement du territoire

L’argent que je dépose est utilisé pour financer les projets de mon territoire. Je prends ainsi part au développement local et au financement de l’économie réelle. C’est le principe du circuit-court de l’argent : près de 100% de l’épargne collectée finance les projets réalisés localement.

Je fais entendre ma voix

Je peux voter en assemblée générale, élire mes représentants au sein du conseil d’administration parmi les autres sociétaires, et échanger avec les dirigeants sur les choix opérés. Je suis aussi informé de l’activité de ma coopérative et peux aller dans les réunions de sociétaires pour prendre la parole, poser des questions et proposer des idées.

Je contribue à maintenir les emplois en région

Je soutiens une banque régionale, de proximité, qui favorise l’ancrage local et le maintien des emplois, notamment dans les zones rurales : ma banque maintient ses infrastructures en région, ne délocalise pas, privilégie les recrutements locaux et fait le choix de travailler en priorité avec les fournisseurs de son territoire.

Je peux soutenir des initiatives locales

Je peux contribuer à l’engagement sociétal de ma banque, qui accompagne de nombreuses associations dans des domaines variés tels que la diffusion de l’esprit entrepreneurial, la culture et le patrimoine, l’éducation et la recherche, la protection de l’environnement… en votant par exemple pour choisir les associations qui bénéficieront de subventions.

La part sociale

C’est une fraction du capital social de la banque, qui est émise et remboursée par la banque. Elle est nominative, non négociable et n’est pas soumise aux fluctuations du marché. Elle a le même régime fiscal qu’une action et est éligible au PEA. Le fait de verser ou non une rémunération est voté chaque année en assemblée générale.

Actionnaire / Sociétaire

Quelles différences ?

Capital social
L’actionnaire détient une partie du capital d’une société : l’action. Il ne consomme pas forcément les services de l’entreprise.
Le sociétaire détient une partie du capital d’une coopérative : la part sociale. Il est impérativement client Banque Populaire, donc concerné par le devenir de l’entreprise.

Droit de vote
Un actionnaire seul peut être majoritaire.
Le nombre de parts sociales par sociétaire est limité, ce qui évite de trop fortes concentrations de capital et permet à chaque voix de compter.

Rémunération
La rémunération de l’action n’est pas plafonnée.
La rémunération des parts sociales est plafonnée : une part importante des bénéfices est affectée au développement des territoires et une autre part est mise en réserve pour les générations futures(*).

Revente et risque
L’action peut prendre de la valeur comme en perdre.
La part sociale a une valeur constante. Elle n’est pas soumise aux aléas du marché, ce qui empêche la spéculation.

Objectif
L’actionnaire recherche la maximisation du profit (dividendes, plus-value).
Le sociétaire recherche d’abord un placement qui a du sens.

(*) Le taux d’intérêt est fixé par l’assemblée générale annuelle sans qu’il puisse dépasser la moyenne, sur les trois années précédant la date de l’assemblée générale, du taux moyen de rendement des obligations du secteur privé (TMO), majoré de deux points.

Préalablement à toute souscription, conformément à l’article 212‑28 du règlement général de l’AMF, nous vous recommandons de lire attentivement, en sus de cette information, le prospectus visé par l’AMF établi pour l’offre publique de parts sociales et plus particulièrement la rubrique « facteurs de risques ». Ce prospectus est disponible sur simple demande sans frais en agence et sur le site de l’AMF www.amf france.org et sur le site www.banquepopulaire.fr.